YOUNG Arthur (1741-1820)

Publié le par histoire-agriculture-touraine

Arthur Young en 1794 (Source Wikipedia)

Arthur Young en 1794 (Source Wikipedia)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Young

Arthur Young (1741-1820) était un agriculteur et agronome britannique. Auteur de nombreux ouvrages, il eut de son vivant une grande renommée. Son Voyage en France, paru en 1792, livre des informations précieuses sur la France rurale.
Biographie
Arthur Young, dernier de trois enfants, est le fils d'Arthur Young (1693-1759) prêtre dans le Suffolk et aumônier d'Arthur Onslow, Speaker de la Chambre des Communes. Il fréquente l'école de Lavenham, puis, en 1758, est mis en apprentissage chez un négociant en vin à King's Lynn. Il fréquente alors les théâtres et les réunions politiques. Dès 1758 est publié son premier texte, The Theatre of the Present War in North America. En 1761, son apprentissage terminé, il s'installe à Londres. Il y monte un journal, l' Universal Museum, qu'il abandonne peu après. En 1763, à vingt-deux ans, il se décide à faire carrière dans l'agriculture. Il s'installe sur une propriété familiale, dans le Suffolk. Il fait de nombreuses expérimentations. Il publie dans le Museum Rusticum. Il insiste sur la nécessité de l'expérimentation, défend l'enclosure et les grandes exploitations, et invite à parcourir l'Europe pour y observer les diverses techniques agricoles. En 1767, suite à des tensions entre sa mère et sa femme, il quitte le Suffolk, et s'installe finalement à North Mymms près d'Hatfield, petite ville du Hertfordshire à proximité de Londres. Il y connait des échecs et entreprend deux voyages l'un dans le Nord et l'autre dans l'Est de l'Angleterre. Ces voyages pendant lesquels il rencontre de nombreux agriculteurs épris de progrès, lui permettent notamment d'écrire A Six Months' Tour through the North of England (1769) et The Farmer's Tour through the East of England (1771). Il publie beaucoup pendant cette époque, et ses écrits sont bien reçus ; il devient ainsi membre de la Royal Society. En 1773, il devient également journaliste politique pour le Morning Post et passe alors une grande partie de la semaine à Londres, et le week end à North Mymms. En 1776, il entreprend un nouveau voyage, en Irlande. Il voyage beaucoup mais rentre au bout de quelques mois, sans un sou. L'année suivante, il se voit confier la gestion d'un grand domaine aristocratique au Nord de Cork et peut donc retourner en Irlande, et abandonne North Mymms. Toutefois, il quitte à nouveau l'Irlande, au bout d'un an, pour des raisons inconnues. Il retourne alors à son ancien domaine de Bradfields. En 1780, il publie A Tour in Ireland, qui est aujourd'hui encore un important témoignage sur l'Irlande de cette époque. Visitant la France entre 1787 et 1789, il fournit des renseignements importants sur les techniques agricoles de l'époque ainsi que sur le déroulement de la Révolution. Il est souvent consterné par l'aspect arriéré de nombreuses campagnes françaises : en fait il associe le paysage enclos du bocage et l’irrigation au progrès agricole. A partir de 1782, il hérite, d'une tante, puis de sa mère et de son frère. Il se trouve alors à la tête d'un domaine assez important et conduit de nombreuses expérimentations de culture, et de techniques agricoles. Sur les résultats pratiques de son entreprise, les témoignages divergent, mais il jouit d'une réelle notoriété. A partir de 1784, il publie une revue, Annals of Agriculture. Il entreprend trois voyages en France, entre 1787 et 1790. En Bretagne, à Rennes, il constate l'écart entre la noblesse et la roture, le mécontentement des nobles, le parlement ayant été banni et celui du peuple devant la cherté de la vie, alors que de nombreuses troupes campent aux portes de la ville1.Il observe avec minutie ce pays étranger, et à chaque étape de son voyage, il décrit les techniques agricoles, mais aussi les auberges, l'état des routes et celui de la population. Pour le premier voyage de mai à novembre 1787, il accompagne des amis dans un trajet nord-sud vers Bagnères-de-Luchon dans les Pyrénées. Cependant, il fait seul de longs détours pour voir davantage de pays. Arrivé à destination, il parcourt avec un ami les Pyrénées et la Catalogne, et arrive à Barcelone. Il rentre, ensuite à Paris en visitant au passage de nombreuses régions, puis séjourne quelques temps dans la capitale française. D'août à octobre 1788, il fait un second voyage, seul cette fois. Pour son troisième voyage, il arrive en juin 1789 à Paris et rencontre une société en effervescence. Puis il poursuit vers l'est, jusqu'à Strasbourg, puis se rend à Toulon, et de là en Italie, et passe deux semaines à Florence. En janvier 1790, il est de retour à Paris. L'expérience de la révolution modifie les opinions politiques de Young : il devient plus méfiant à l'égard du changement. En 1793 est créé en Grande-Bretagne le board of agriculture, dont Young devient le secrétaire général. Le comité entreprend de rédiger des rapports sur l'état de l'agriculture dans les différents comtés. Young réalise six de ces rapports. Quelques années plus tard, se souciant davantage du sort des pauvres, il propose des moyens pour leur attribuer des terres.


Source
Sauf mention contraire, le contenu de cet article se fonde sur l'article de G. E. Mingay ‘Young, Arthur (1741–1820)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Sept 2004; online edn, Oct 2005, accès le 3 janvier 2008
Le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, par Jean-Dominique de La Rochefoucauld, C. Wolikow et G. Ikni, Perrin, 1980.


Œuvres
Arthur Young est l'auteur de très nombreux écrits. On peut citer  :
A Tour in Ireland, 1776-1779, with General Observations on the Present State of that Kingdom, tome 1, tome 2 traductions françaises : Voyage en Irlande, traduction C. Millon, Paris:Prudhomme, 1799-1800.
Voyage en Irlande, avec des observations générales sur l'état présent de ce royaume, Paris:Maradan, 1801, tome 1, tome 2.
Travels, During the Years 1787, 1788, and 1789, 1792, nouvelle édition 1794 lire en édition originale ou en mode texte traductions françaises Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90,traduction de François Soules, Paris : Buisson, 1794, 3 volumes in-8 première édition en français Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, préface d'Albert Mathiez, traduction et notes d'Henri Sée, Paris : Armand Colin, 1931, tome 1, tome 2
De nombreux écrits ont été rassemblés dans Le cultivateur Anglois, ou œuvres choisies d'agriculture, et d'économie rurale et politique, Paris : Maradan, 1800-1801, 18 volumes

LES ENFANTS D'ARTHUR YOUNG ? VOYAGEURS ET VOYAGES AGRONOMIQUES DANS LA FRANCE IMPÉRIALE
Laurent Brassart
Armand Colin | "Annales historiques de la Révolution française"
2016/3 n° 385 | pages 109 à 132
https://www.cairn.info/revue-annales-historiques-de-la-revolution-francaise-2016-3-page-109.htm

Résumé
Dès leur traduction en 1793, les Voyages en France d'Arthur Young ont rencontré en France un véritable succès public, largement porté par les institutions républicaines et la communauté des agronomes. Mais cette réception est équivoque. Dès le Consulat, l'oeuvre de Young est instrumentalisée par les agronomes français pour contraindre l'Etat à entreprendre la grande politique agricole à laquelle ils aspirent depuis plus d'une décennie. L'Empire répond à leurs attentes, et dans la logique de reclassement des savoirs qu'il met en place, s'élabore un essai de redéfinition des conventions du voyage agronomique. Son institutionnalisation, sa spécialisation scientifique et son instrumentalisation à des fins politiques deviennent ses caractéristiques nouvelles et inabouties.

YOUNG Arthur, Voyages en France, TEXTO, 2010, 493 p.

http://histoire-agriculture-touraine.over-blog.com/2017/06/voyages-en-france.html

Journal d'Agriculture pratique. N° 5, Novembre 1839
p. 193-201
DES RÉFORMATEURS AGRICOLES EN ANGLETERRE.
BAKEWELL. - ARTHUR YOUNG. - SIR JOHN SINCLAIR. - COKE
 

Publié dans Agronomes, Personnage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article