INSTITUT AGRICOLE DE SIGONNEAU (Loir-et-Cher)

Publié le par histoire-agriculture-touraine

Ferme de Sigonneau à la fin du XIXe siècle
Ferme de Sigonneau à la fin du XIXe siècle

Ferme de Sigonneau à la fin du XIXe siècle

Etablissements d'enseignement agricole en France en 1833

Journal des connaissances utiles, Tome II, 2e année, 1833, Paris 1843, 306 pages, page 137.

Etablissements                                      Directeur                       

Création

Institution royale de Grignon (Seine-et-Oise)

BELLA1827

Institut agricole de Roville (Meurthe)

MATHIEU DE DOMBASLE (père)1822

Etablissement agricole de Grandjouan (Loire-Inférieure)

Jules RIEFFEL1830
Institut agricole de Sigonneau (Loir-et-Cher)

BUSCO & DOMBASLE (fils)

1833

=====================================================================

INSTITUT AGRICOLE, À SIGONNEAU.

 

La Propriété, Journal d'architecture civile et rurale, des Beaux-Arts et d'Economie sociale. Edition hebdomadaire, samedi 15 juin (1833), n° 28, première année, p. 6-7.

 

Un nouvel institut agricole vient de se former à Sigonneau, près Mennetou (Loir-et-Cher), sous la direction de MM. Busco-Dombasle (1) et Bouchez frères.

Le domaine de Sigonneau, par son étendue (plus de 200 hectares), la fécondité remarquable des terres et leur diversité, est propre au développement des cultures les plus variées.

Il existe sur l'établissement même une fabrique de sucre de betteraves alimentée par la culture de la ferme, et où l'on trouve réunis les appareils les plus ingénieux pour l'emploi raisonné du calorique, le pressage de la pulpe, la cuisson des sirops dans le vide, et l'économie de main-d’œuvre.

Cette fabrique sera ouverte aux élèves.

Ils auront à leur disposition l'usage de tous les instruments de culture perfectionnés, et seront mis successivement à la tête des services intérieurs et extérieurs d'une ferme.

Chaque jour, MM. Busco-Dombasle et Adolphe Bouchez auront avec eux des conférences sur les théories de l'agriculture.

M. Edouard Bouchez, qui s'est livré pendant sept ans à l'enseignement des mathématiques à l'Ecole royale militaire de Saint-Cyr, professera les différents cours suivants :

1° La comptabilité en partie double, appliquée à l'agriculture ;

2° Les cours de géométrie et de mécanique élémentaire de M. Charles Dupin ;

3° L'arpentage, la topographie et le nivellement ;

4° Le dessin linéaire appliqué au levé du plan des machines et instruments, au tracé des cadrans solaires, etc. ;

5° Des éléments de physique et de chimie ;

6° La fabrication du sucre de betteraves.

Enfin un ancien sous-professeur d'Alfort enseignera les principes vétérinaires, de l'hygiène et de la botanique.

Les élèves seront logés, meublés, blanchis.

Ils partageront la nourriture et la table des directeurs.

Ils trouveront dans la salle de travail différents écrits périodiques d'agriculture.

Le prix de la pension est de 1 000 francs par an, payables par trimestre d'avance ; ou de 100 francs par mois pour ceux qui ne s'engageront pas à passer une année entière.

Les cours commenceront le 1er juillet 1833.

On est prié de s'inscrire de suite, les élèves devant être admis par ordre d'inscription, jusqu'à concurrence de logements disponibles.

Il y a aussi une fabrique d'instruments aratoires.

S'adresser, pour l'institut et les demandes d'instruments, à MM. Bouchez et Cie, cultivateurs à Sigonneau, par Romorantin (Loir-et-Cher).

 

(1) M. Busco, gendre et élève de M. de Dombasle, a établi un Institut agricole au Vivier-des-Landes (Indre-et-Loire). Mais, n'ayant pu lever des obstacles qui se sont constamment opposés à une organisation régulière, il s'est déterminé à l'abandonner.

Notes :

Le domaine de Sigonneau est situé sur la commune de Maray (41320)

Le domaine de Vivier-des-Landes est situé sur la commune de Courcelles-de-Touraine (37330)

L'institut agricole de Sigonneau n'ouvrit probablement jamais ou eut une vie très courte.

Suite à la faillite en 1830 de l'Institut du Verneuil (Maine-et-Loire) dirigé par Mathieu de Dombasle fils et son beau-frère Busco, Busco poursuit seul l'aventure sous le nom de Busco-de-Dombasle en essayant de remonter un institut au Vivier-des-Landes (1831-1832, près de Château-Lavallière en Indre-et-Loire) et Sigonneau en 1833.

Busco : Amédée Louis Barthélémy BOUSCO DE GERMINY, né à Grenoble en 1802, épouse Marie-Charlotte Mathieu de Dombasle en 1826, décède au Caire (Egypte) en 1835,

http://histoire-agriculture-touraine.over-blog.com/2017/08/amedee-busco-1802-183.html

Annales de la Société d'agriculture, de sciences d'arts et de belles-lettres du département d'Indre-et-Loire, Tome XIII, 1833

p. 39

Séance du 13 avril 1833

MM. Busco-Dombasle et Bouchet frères, directeurs du nouvel institut agricole de Sigonneau près Mennetou, département de Loir-et-Cher, adressent à la Société un exemplaire du prospectus de cet établissement, qu'ils recommandent à son intérêt. Ils expriment le désir que ce prospectus soit inséré dans le journal du département et offrent de coopérer aux travaux de la société, en répondant, toutes les fois qu'ils se croiront en état de le faire, aux questions qu'elle voudra bien leur adresser.

Bulletin de la société royale d'agriculture, sciences et arts Du Mans. Tome 1, 1833.

p. 41-42

Séance du 16 avril 1833

M. le Secrétaire donne lecture d'une lettre écrite et d'un prospectus adressé à la Société, relativement à la prochaine création d'un nouvel Institut agricole qui sera établi près Mennetou (Loir-et-Cher), et placé sous la direction de MM. Busco-de-Dombasle et Boucher frères, dans lequel les élèves seront formés à l'art agricole ainsi qu'à toutes les connaissances scientifiques et industrielles qui y sont relatives. Quelque soient les avantages que semble offrir cet établissement, la Société, pensant que le haut prix de la pension, fixé à 1000 fr. par an, ou 100 fr. par mois, empêcherait les pères de famille de ce département d'y envoyer leurs enfants, croit devoir s'abstenir de toute participation à cette entreprise.

Annales de l'agriculture française, troisième série, Paris 1833

p. 253-258

Société d'agriculture du département de l'Indre.

Compte rendu des concours de charrues et d'instruments aratoires, qui ont eu lieu à Châteauroux les 14 et 15 mai 1833.

Extrait :

Beaucoup de personnes étrangères à ce département, parmi lesquelles on remarquait M. le docteur Herpin, M. et madame Durand de la Basme, M. le comte de Gourcy, MM. Guérin d'Ogonnière et de Bouville, de la Société d'agriculture de Blois, M. Busco, gendre de l'illustre Mathieu de Dombasle, et ses deux beaux-frères, MM. Boucher, de l'Institut agricole de Sigonneau, etc., étaient venus se joindre aux membres résidants ou non résidants de la Société de l'Indre, qui s'étaient rendus en grand nombre pour prendre part à la fête..... Avant midi, les concurrents inscrits ont procédé à la nomination du jury chargé de prononcer sur le mérite de chaque charrue, et ils ont désigné, pour en faire partie, MM. Dumérin, Guérin d'Ogonnière, Pradet, Durand et de Gourcy......

Vingt et une charrues se sont présentées pour disputer les prix ; chacune d'elles a reçu un numéro d'ordre déterminé par le sort : en voici l'indication.

N° 1er, M. Trumeau.

N° 2 et 12, MM. Busco et Boucher.

N° 3 et 19, M. le général Bertrand.

N° 4 et 13, M. Delamote, d'Argy.

N° 5, M. Robin.

N° 6, 7, 8, 16 et 17, M. Petit.

N° 9, M. le comte Doynel de Quincey.

N° 10, M. Massicot, de Déols.

N° 11, M. Barrois.

N° 14, M. le comte de Jouffroy.

N° 15, M. Delouche-Boisrémond.

N° 18, M. Thabaud-Fontenell.

N° 20, M. Matheron.

N° 21, M. Alexandre Grenouillet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article