FNEC : FÉDÉRATION NATIONALE DES ÉLEVEURS DE CHÈVRES

Publié le par histoire-agriculture-touraine

1954

Histoires des régions caprines française entre mondialisation et relocalisation, modernité et tradition. Tome 1. Ethnozootechnie n° 105, 2018, p. 1-85
Extrait p. 18
Intervention de Mme LE CONTE, vice-présidente de la FNEC (Fédération Nationale Caprine) du 16 avril 1959 à la Journée de la Chèvre à Selles-sur-Cher.


« Il y a quelques années existaient en France plusieurs groupements disséminés, sans aucun poids. Il y avait un Club de la Race Alpine, Le Livre des Origines de la Chèvre de Race Pure (LOCRP), la Fédération de la Drôme, Berry-Touraine, le Club des Isolés, et j’en oublie… Ces groupes réunissaient quelques éleveurs, marquaient quelques chèvres, touchaient un peu d’argent, nommaient quelques présidents, et tout se bornait là. D’organisation générale, zéro ; la progression des races nulle : il n’était pas question dans ces conditions que le Ministère de l’Agriculture reconnaisse, encourage et aide ces groupes épars…
Et c’est alors que s’est créé, en 1954, la Fédération Nationale Caprine des Éleveurs de Chèvres : je dis non sans mal car il a fallu mettre d’accord les divers groupements ce qui n’était pas facile, les divers présidents, ce qui était encore moins facile…
Et c’est alors que les Syndicats se formèrent, sous l’impulsion de quelques éleveurs actifs…
Dans le Midi de la France, ceux de la Drôme et de l’Isère ont été les premiers à démarrer. Ceux de l’Ile-de-France et de la Côte-d’Or existent. Dans le Centre, le Loir-et-Cher revendique d’être parti en tête puisque sa création remonte à 1954. Depuis l’Indre et l’Indre-et-Loire ont suivi créant le leur l’an dernier, et commençant d’ailleurs leur existence par de très belles expositions…
C’est alors que, justement pour créer une liaison, les Syndicats (du Centre) ont décidé d’éditer un Journal qui s’appellerait « La Chèvre », et qui remplirait, auprès des isolés, un peu le rôle des Syndicats… 
L’Élevage caprin, enfin soudé et relié dans sa totalité, sort peu à peu de l’ombre pour prendre sa place officielle dans l’élevage français »
 

1958

Assemblée Générale constitutive 

Revue La Chèvre, n° 2, mai 1958. p. 5

LA VIE DES SYNDICATS


I. FÉDÉRATION NATIONALE DES ÉLEVEURS DE CHÈVRES
Le vendredi 18 avril 1958 à 9h, plusieurs syndicats caprins se sont réunis à Paris 9e, 36 rue Fontaine (Maison du mouton) en vue de constituer la Fédération Nationale des éleveurs de chèvres (FNEC)
Cette Fédération, qui ne comprend aucun éleveur isolé, groupe tous les syndicats qui voudront bien y adhérer. Les syndicats présents à la réunion ont constitué ainsi leur Conseil d'Administration :


Président :

M. CHOSSON, du syndicat de la Drôme

Vice-Présidents :

Mme COTELLE syndicat de Bourgogne

Mme LE CONTE syndicat du Loir-et-Cher

Mme de SAINT-SEINE syndicat de Touraine

Secrétaire Trésorier :

Madame DÉON syndicat du Berry

Membres :

Mlle CLÉMENT syndicat de l'Ile-de-France,

M. BOIVIN syndicat de la Drôme.

Seront membres également du Conseil d'Administration tous les représentants des autres syndicats qui adhéreront à la fédération.
Buts de la Fédération. - Défense des éleveurs de chèvres, documentation en vue de l'amélioration de l'élevage, défense du Marché du lait, produits laitiers, chevreaux, etc.., etc..,
Plusieurs représentant du Ministère de l'Agriculture apportaient à la jeune fédération leurs conseils et leur appui, et souhaitons que nombreux les syndicats viennent grossir les rangs de façon à permettre une action efficace que tous les éleveurs attendent.
La cotisation des syndicats a été fixée à 5 000 francs pour 1958.
 

Remarque : La région Centre (Loir-et-Cher, Indre & Indre-et-Loire) est très bien représentée.

1973

 

Revue La Chèvre, n° 75, Janvier-Février 1973

FNEC, 149, rue de Bercy, Paris 12e

 

http://www.fnec.fr/


Qu’est-ce que la FNEC ?
Une fédération de producteurs La FNEC (Fédération Nationale des Eleveurs de chèvres) est une fédération composée des structures caprines départementales. Elle représente l’ensemble des éleveurs de chèvres français, qu’ils soient livreurs de lait en laiterie ou producteurs de fromages fermiers depuis 1958 (plus d’histoire sur notre rubrique dédiée). Chaque structure départementale adhère à la FNEC en fonction du nombre de ses éleveurs adhérents. Pour connaître vos référents locaux, cliquez ici. Vos représentants La FNEC fonctionne grâce à un conseil d’administration (...) 
Un peu d’histoire
La FNEC, la Fédération Nationale des Eleveurs de Chèvres, a su évoluer pour répondre aux besoins de l’ensemble des éleveurs. Ernest CHOSSON le premier président de la FNEC prononçait déjà ces quelques mots : « La FNEC a pour objectif d’étudier et de défendre la cause de tous les éleveurs de chèvres ».

 

Les grandes étapes de la vie de la FNEC

« L’AG constitutive de la FNEC s’est tenue le 18 avril 1958 à 9h à la Maison du mouton au 36 rue Fontaine à Paris dans le 9ème arrondissement. » Ainsi commence l’histoire de la FNEC. 7 syndicats caprins ont permis sa création et ce nombre a grandi avec le temps. En 2010, 45 syndicats sont adhérents, représentant 42 départements français. 
Les professionnels
Pendant les premières années, le fonctionnement de la FNEC n’était basé que sur le dévouement des professionnels puisque les frais de déplacement n’ont été remboursés qu’à partir de 1971.
Un point commun dans l’histoire de la FNEC, les professionnels sont restés présents et actifs sur tous les dossiers. Ils ont toujours démontré leur engagement malgré la complexité croissante des sujets.
Les salariés
La FNEC a toujours fonctionné avec peu de salariés. A l’époque de la vie à la Maison de l’Elevage, la FNO et la FNEC se partageaient une secrétaire. Quelques chargés de mission ont pu être embauchés dans les années 80 mais il faut attendre la fin des années 1990 pour que des chargés de mission se consacrent entièrement aux dossiers de la FNEC.
Tout d’abord, ces chargés de mission vont travailler sur la réglementation fermière à partir de 1997. Puis les missions évoluent vers un poste technique transversal (laitier et fromager) pour aboutir à un poste de directeur, en 2004. C’était le premier vrai poste de salarié financé sur le budget propre de la FNEC. L’embauche d’une assistante à mi-temps avec l’ANICAP a suivi. Les deux structures cohabitant dans les mêmes locaux, la maison du lait, depuis l’année 2000, les échanges ont été facilités.
Les statuts
Un des grands changements pour la FNEC aura été le rattachement à la FNSEA. La FNEC est devenue une association spécialisée en 1988. Ce choix n’a pas été simple mais il a été dicté par la volonté de ne pas diviser les éleveurs, certaines fédérations commençant à constituer des sections spécialisées caprines face aux syndicats caprins.
Le président a justifié ce choix ainsi lors de son discours de 1988 : « Au niveau local, il est clair que l’objectif de l’unité des producteurs, trop peu nombreux pour se diviser, doit être maintenu en tenant compte des situations départementales. Rien ne doit s’y opposer. » Les sections caprines des FDSEA/UDSEA ont pu adhérer comme les syndicats caprins, à raison d’une organisation par département. Il faudra attendre 1999 pour qu’un département puisse déclarer plusieurs structures caprines.
 

Quelques dates
Pour mieux se repérer, voici l’histoire de la FNEC en quelques dates clés. : 

18 avril 1958 : AG constitutive de la FNEC
1966 : La loi sur l’élevage permettra la création de l’ITOVIC
1972 : Le Pouligny-Saint-Pierre devient la première AOC de fromage de chèvre
1981 : Première crise du lait de chèvre. Obtention de 13 millions de francs pour la filière
1983 : Création de l’ANICAP : une interprofession nationale régionalisée
1988 : Rattachement à la FNSEA
22 juin 1989 : Première action syndicale : manifestations à SURGÈRES
1991 : Premier FROMAGORA. Fusion de l’ITOVIC et de l’ITEB pour créer l’Institut de l’élevage
1992 : Création du Guide National des Bonnes Pratiques en Production Fromagère Fermière
1998 : Lancement du projet GBPH qui aboutira en 2004. Deuxième manifestation à SURGÈRES le 23 juin. Officialisation de la nouvelle ANICAP sur le modèle du CNIEL
2000 : Lancement du projet de Code Mutuel des Bonnes Pratiques en élevage caprin qui aboutira en 2004
2003 : Lancement du projet installation et travail en exploitations caprines
 

http://www.fnec.fr/

Les présidents de la FNEC


1958-1967 : Ernest CHOSSON, Drôme

1967-1969  : Victorin HASSLER, Rhône

1969-1971 : Docteur BREILLAT, Hérault

1971-1977 : Emile VIGUIER, Livreur de l’Aveyron

1977-1984 : Denis VENE, Livreur du Tarn

1984-1987 : Kacem BOUSSOUAR, Fromager des Hautes-Alpes

1987-2000 : François ETEVENON, Livreur puis fromager du Tarn

2000-2001 : Laurence GUEIT, Fromager du Gard

2001-2003 : Rémi BOUDAUD, Livreur des Deux-Sèvres

2003-2006 : Kacem BOUSSOUAR, Fromager des Hautes-Alpes

Depuis 2006 : Jacky SALINGARDES, Livreur de l’Aveyron
 

AOC/AOP fromages de chèvre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fromage_au_lait_de_chèvre

Banon, Alpes-de-Haute-Provence, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2003), (63,5 tonnes)

Chabichou du Poitou, seulement 30 % de lait cru, (AOC/AOP depuis 1990), (474 tonnes)

Charolais, Saône et Loire région Charolles, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2010), (53 tonnes)

Crottin de Chavignol, Berry, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1976), (1 006 tonnes)

Chevrotin, Savoie & Haute-Savoie, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2002), (85 tonnes)

Mâconnais, région de Mâcon, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2006), (64 tonnes)

Pélardon, Languedoc, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2000), (180 tonnes)

Picodon, Drôme et Ardèche, seulement 60 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2017), ( ? tonnes)

Pouligny-saint-pierre, Berry, seulement 50 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1972), (287 tonnes)

Rigotte de Condrieu, Rhône-Alpes, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 2009), (79 tonnes)

Rocamadour, Lot, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1996), (1 071 tonnes)

Sainte-Maure-de-Touraine, Touraine, seulement 80 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1990), (1 300 tonnes)

Selles-sur-cher, Centre-Val de Loire, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1975), (875 tonnes)

Valençay, Berry, 100 % au lait cru, (AOC/AOP depuis 1998), (350 tonnes)
 

Publié dans Organismes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article