BARBANÇOIS Léon-François, de (1717-1795) (père)

Publié le par histoire-agriculture-touraine

Léon François de BARBANÇOIS

Né le 17 avril 1717, 

Décédé le 19 frimaire an VI (10 décembre 1795) chez sa fille Gabrielle Marie à Châteauroux.

Page à la petite écurie du Roy en 1732 puis nommé écuyer du Roy le 4 avril 1732

Propriétaire du château et du domaine de Villegongis (Indre), champagne berrichonne.

Éleveur de moutons, il acquiert en 1768 auprès de Mme Veuve d'Antoine Maigret D'Etigny (dans l'Yonne près de Sens) des moutons mérinos.

http://histoire-agriculture-touraine.over-blog.com/2020/04/megret-d-etigny-antoine-1719-1767.html

Son fils Charles-Hélion (1760-1822) lui succède :

http://histoire-agriculture-touraine.over-blog.com/2020/03/de-barancois-villegongis-charles-helion-marquis-1760-1822.html

 

https://gw.geneanet.org/mdelajudie?lang=fr&n=de+barbancois&oc=0&p=charles+helion

https://memoiresfrancaises.forumgratuit.org/t568-des-chateaux-de-l-indre

 

 

1791

La Société royale d'agriculture de Paris décerne à Léon François de BARBANÇOIS un médaille d'or pour son élevage de moutons mérinos d'Espagne.

Mémoires d'agriculture, d'économie rurale et domestique publiés par la Société royale d'Agriculture. Paris, Trimestre d'automne 1791.
p. xij (12)
La Société avait annoncé qu'elle distribuerait dans cette assemblée (Séance publique le 28 décembre 1791, dans la salle où se faisaient les examens de la Sorbonne), des Médailles d'or aux personnes qui se seraient distinguées par l'emploi de quelque procédé nouveau ou peu connu, ou qui auraient concouru de manière efficace, aux progrès de l'Agriculture, et au bien-être des cultivateurs ; ces prix ont été décernés, savoir :

p. xix-xx (19-20)
A M. de Barbançois, résidant à Châteauroux (NDLR il est réfugié chez sa fille depuis le début de la Révolution), département de l'Indre ; M. de Barbançois est parvenu, depuis plusieurs années (1768), à force de soins et de dépenses, à se procurer des bêtes-à-laine des plus belles d'Espagne : il les a multipliées avec autant de zèle que de succès, au point d'en avoir actuellement un troupeau considérable ; il a répandu dans le département qu'il habite les animaux de cette espèce, il fait connaître les procédés employés par les Espagnols pour le lavage des laines, et la France doit le compter au nombre des principaux auteurs de l'amélioration de ses laines.
 

Publié dans Personnage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article