RAOUL-DUVAL Gérard Fernand (1833-1892)

Publié le par DESBONS Pierre

RAOUL-DUVAL Gérard Fernand.

Né à Péronne (Somme) le 24 octobre 1833 ; décédé à Paris le 2 février 1892.
Ingénieur civil et agronome
Son père, Charles-Edmond Raoul-Duval, est un magistrat né à Amiens. Il sera président de la Cour d’appel de Bordeaux et sénateur de la Gironde. Sur quatre générations ses aïeux paternels, de tradition protestante,  furent magistrats dans la Somme.
Sa mère, Octavie Say est fille du célèbre économiste et industriel huguenot du coton, Jean-Baptiste Say. Son oncle paternel, Louis Say, fut un grand raffineur de sucre. Les sucreries Say fusionnèrent en 1974 avec la société Ferdinand Béghin pour devenir Beghin-Say.
Fernand Raoul-Duval fait de brillantes études secondaires successivement à Dijon, Nantes, Amiens, qu’il termine à Paris, au collège Ste Barbe. En 1852 il entre à l’Ecole Polytechnique d’où il sort sans diplôme en donnant sa démission d’officier.  Attiré vers l’industrie il entre à l’Ecole Nationale des Mines en 1854 où il obtient le diplôme d’Ingénieur civil en 1857. Il complète ses études par un voyage en Angleterre où il visite les mines les plus importantes. Il est ensuite ingénieur à la Société des pyrites cuivreuses de Tharsis (province de Huelva en Andalousie). En 1858, il rentre en France diriger les houillères de Rulhe dans l’Aveyron.
En 1861, il retourne à Paris où il épouse Henriette DASSIER-LABOUCHÈRE, fille du banquier d’origine suisse, André Auguste DASSIER.
En 1863 il entre à la Compagnie Parisienne de Gaz comme membre de la Commission de vérification des comptes pour ensuite y gravir tous les  échelons : membre du Conseil d’administration en 1866, vice-président en 1884 et Président en 1887. En 1888, il est nommé Régent de la Banque de France.
En 1851, André Auguste Dassier (beau-père de Fernand Raoul-Duval) avait acheté le domaine de Marolles (Genillé, Indre-et-Loire) à M. Jacques Philippe Dubreuil-Chambardel* en faillite. Lorsqu’il décède en 1862, le domaine, ainsi qu’une partie de sa fortune, reviennent à sa fille Henriette. Fernand Raoul Duval s’installe au château de Marolles, où grâce à la fortune de son épouse, va mettre en valeur le domaine et s’avérer un agronome reconnu.
Par des acquisitions et des échanges, il triple la surface originelle et constitue une propriété compacte de 1 200 ha. Il procède à des améliorations foncières de grande envergure : il dote le domaine de près de 18 km de chemins, il draine de grandes surfaces et se dote d’une tuilerie pour fabriquer les drains, il ôte les pierres siliceuses et reboise les terres incultes.
Il construit un bâtiment de ferme d’une surface couverte de 7000 m² avec des équipements modernes. Deux éoliennes Bollée sont installées pour l’alimentation en eau de la ferme. Il construit plusieurs fours à chaux.
Pour enrichir les sols, il pratique un assolement quinquennal : 3/5 de praires, 2/5 de céréales,
L’élevage principal est celui des moutons avec un troupeau de 1 200 têtes, de race berrichonne améliorée par du sang Southdown. En second, vient l’élevage porcin avec 120 truies de race craonnaise croisée par la race Yorkshire. A cela s’ajoute une quarantaine de vaches laitières, des juments poulinières et une importante basse-cour.
Fernand Raoul-Duval créé un vignoble de 16 ha sur les terres les plus favorables, en plantant à grandes distances (système en chaintre) pour permettre les travaux du sol à la charrue.
Sur le plan local, Fernand Raoul-Duval acquiert rapidement de la notoriété : il est élu membre titulaire de la Société d’agriculture d’Indre-et-Loire en 1869, il devient  vice-président du Comice agricole de Loches et conseiller municipal à Genillé. En 1873, au Concours régional agricole de Tours, il reçoit la prime d’honneur pour avoir réalisé les « améliorations les plus utiles et les plus propres à être offertes en exemple. » La Grande Ferme de Marolles est inaugurée le 1er septembre 1877 par le Président de la République le Maréchal Patrice de Mac-Mahon
Au niveau national, il devient président de la section du génie rural de la Société des agriculteurs de France en 1868, il fait partie du Conseil Supérieur du Commerce de l’Agriculture et de l’Industrie en 1873. Il est nommé Chevalier de la Légion d’honneur en 1877 par le Ministre de l’Agriculture et du Commerce. Il est élu membre titulaire de la Société d’agriculture de France dans la Section de mécanique agricole et des irrigations en 1880.
A son décès en 1892, son fils Maurice prend la suite et décède à la Guerre 1914-1918. Sa fille, Elisabeth Raoul-Duval, hérite du domaine de Marolles et continuera de l’exploiter jusqu’en 1951.
Travaux
RAOUL-DUVAL Fernand, Rapport sur l'influence du traité de commerce de1860 avec l'Angleterre et des principes libéraux en matière de douanes sur le génie rural en France, Annales de la Société d'Agriculture d'Indre-et-Loire 1870
RAOUL-DUVAL Fernand, Enquête parlementaire sur le régime économique. Industries textiles, Coton. Annales de la Société d'Agriculture d'Indre-et-Loire 1870
RAOUL-DUVAL Fernand, Réponse aux observations du comité central des fabricants de sucre en France, au sujet du rapport de M. Amé, directeur général des domaines, sur la question de l'impôt des sucres, Annales de la Société d'Agriculture d'Indre-et-Loire, 1873.
RAOUL-DUVAL Fernand, Expériences de moissonneuses faites à la Colonie de Mettray en 1875, Société des agriculteurs de France, 1875
RAOUL-DUVAL Fernand, Note sur la question des traités de commerce, au point de vue des intérêts agricoles du département d'Indre-et-Loire, Annales de la Société d'Agriculture d'Indre-et-Loire, pp. 149-158, 1879

Publié dans Personnage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article